LE

La légion saute sur Tombouctou

Retour
| 28 Janvier 2013 | 9819 vues

Le 2REP libère la ville sainte au terme d’une opération aéroportée d'urgence, dont il est le spécialiste reconnu depuis Kolwezi en 1978.

Par Jean-Marc Tanguy | Publié le 28/01/2013 à 10:49 | Le Mamouth

La 2e compagnie du 2e REP a trouvé un objectif à sa mesure : un saut sur Tombouctou, deuxième grande ville du Nord-Mali à reconquérir. Cinq avions de transport d'assaut -trois Transall et deux Hercules- ont été mobilisés dans cette OAP, la plus massive depuis celle de Kolwezi, menée par le même 2e REP en 1978.

Une seule compagnie, un EMT et des appuis (notamment antichars) ont été largués, bien que dans cinq ATA, on glisse bien plus que ce seul volume. Précédé par une équipe GCP du 2e REP, le gros des troupes a ensuite sauté en pleine nuit, il était minuit trente, heure de Paris. Un des drones Harfang de Niamey (1) a filmé la scène (2), après avoir sans doute assuré un gros travail de détection d'éventuels gêneurs que des chasseurs en vol auraient pu se charger de neutraliser.

Un millier de combattants français ont été engagés au sol, avec peut-être 200 Maliens. Le GTIA du 21e RIMa progressant avec ses Sagaie a pris l'aéroport, puis a commencé à s'approcher des faubourgs de Tombouctou. Des Rafale, Mirage 2000D, ATL-2, drones et hélicoptères étaient engagés dans le ciel.

A cette heure (11 heures), aucun contact n'a été enregistré par les légionnaires, placés en bouchon, pour empêcher les djihadistes de partir vers le nord. On ignore combien il en reste même à l'intérieur de la ville. Les combats auraient été bien plus violents côté aéroport. Dans une discrétion partiellement éventée, trois compagnies parachutistes avaient rejoint l'ouest de l'Afrique, ces derniers jours. Les deux autres SGTIA ne sont pas du 2e REP, mais du 1er RCP, qui comme ce blog l'avait révélé plus tôt, prenait le Guépard parachutiste à compter du 18 janvier.

Ce régiment a, comme le 2e REP, sauté sur Dien Bien Phu en 1953 et 1954 mais l'EMA confirme que seul le 2e REP a sauté ce matin, avec son chef de corps en tête, comme c'est la tradition. C'est le colonel Benoît Desmeulles, chef de corps du 2e REP, qui commande ce GTIA parachutiste. Selon des informations convergentes, des informations partielles avaient été données aux militaires et à leurs familles, en même temps que des consignes de discrétion les plus formelles, avant le départ de France.

La dernière OAP menée par des forces conventionnelles fut réalisée en 2007 à Birao (RCA), même si elle était limitée à une équipe de GCP du 3e RPIMa, qui furent envoyés en précurseur avant le largage du COS. En 2004, le 8e RPIMa avait aussi été largué au Kosovo, en démonstration de force.

Avec la prise de Gao et Tombouctou s'achève la première phase de Serval, mais commence la plus difficile, celle de la guerre du désert. Les choses sérieuses commencent.

(1) leur premier vol serait intervenu vers le 20 janvier, et ces aéronefs volent "tous les jours" assure-t-on à Paris.
(2) peut-être le clou du point presse de ce soir, les images étant évidemment disponibles pour tous les chaînes, sur les jités du soir.