LE

Ordre du jour numéro 1 du général de division Jean Maurin, COMLE

Retour
| 01 Août 2014 | 22628 vues

Les défis ne manqueront pas. Une seule certitude, demain comme hier, la mission demeurera sacrée.

Officiers, sous-officiers, caporaux-chefs, caporaux, clairons et légionnaires de la Légion étrangère.

Aujourd’hui, c’est avec une immense fierté que je prends le commandement de la Légion étrangère car je mesure pleinement l’honneur qui m’est fait de devenir le chef d’une communauté d’hommes unique servant la France avec honneur et fidélité depuis cent soixante-treize ans.

Conscient de l’oeuvre déjà accomplie par nos anciens et respectueux de nos traditions, je salue avec émotion tous nos emblèmes. Je rends hommage à tous ceux qui m’ont précédé dans cette fonction et en particulier, le général de division Christophe de Saint Chamas, auquel je succède. Il a su faire rayonner avec brio la Légion étrangère et ses valeurs humaines. Je lui exprime notre profonde gratitude et lui adresse tous nos voeux de pleine réussite dans ses nouvelles fonctions.

Mes premières pensées vont à nos camarades qui sont tombés au service de la France sous le fanion vert et rouge. Ils ont rejoint discrètement avec les honneurs dus à leur engagement, la longue cohorte des 40 000 légionnaires tombés au service de la France depuis 1831. À nos blessés, Français par le sang versé, j’exprime toute ma gratitude pour leur courage au feu, et leur souhaite un prompt rétablissement. À nos camarades actuellement engagés en opérations, je redis toute ma confiance.

À votre tête, mais avec votre aide et dans la continuation de mes prédécesseurs, je compte servir la Légion étrangère en inscrivant mon action autour de trois idées fortes auxquelles je crois profondément :
- la Légion étrangère doit demeurer une force combattante reconnue et respectée au service de la France. Cela signifie que la priorité de chacun d’entre nous, quels que soient notre fonction et notre grade, est et doit rester de s’entraîner inlassablement au combat pour vaincre là où la France nous engagera et nous le demandera. La capacité d’encaisse, la rusticité, la force morale et le souci constant du détail doivent demeurer notre marque de fabrique quels que soient l’engagement demandé et le prix à payer.
- la Légion étrangère est une communauté humaine militaire unique qui doit conserver sa cohérence d’ensemble pour demeurer efficace. Cette cohérence résulte uniquement du travail de fond mené par tous les régiments des forces et du socle pour se préparer au combat mais aussi pour administrer avec compétence nos cadres et légionnaires tout au long de l’année. Il est indispensable de poursuivre nos efforts dans ces domaines en sachant que l’excellence n’est pas un statut mais un objectif et un défi quotidien.
- la Légion étrangère constitue une exception au sein de nos armées du fait de sa seule spécificité : celle d’être autorisée par la loi à recruter, dès le temps de paix, des étrangers pour porter les armes de la France. Cette exception nous oblige à cultiver avec humilité le devoir d’excellence, c’est-à-dire à travailler trois fois plus pour faire accomplir notre devoir, à tout mettre en oeuvre pour apprendre et faire apprendre le français, à nous entraîner en permanence dans le moindre détail afin de maitriser parfaitement les choses même les plus simples que cela soit au combat ou au quartier ! N’oublions jamais que le succès n’arrive que s’il est précédé par l’effort et le dépassement de soi.

Je sais que cette exception m’imposera d’expliquer inlassablement, en votre nom, à tous, pourquoi le légionnaire est différent au sein des armées ; pourquoi ce terrien embarqué à l’année au sein de son régiment, nécessite des mesures de soutien et d’organisation adaptées ; pourquoi cet étranger venu servir la France avec honneur et fidélité a besoin d’un dispositif de solidarité unique marquant la légitime et nécessaire reconnaissance de la France à son égard pour son engagement extraordinaire.

Vous pouvez légitimement être fiers du travail déjà accompli. Continuez à faire honneur à la Légion étrangère, demeurez cette force combattante d’exception sur laquelle la France sait pouvoir compter, s’il le faut jusqu’au sacrifice ultime. Les défis ne manqueront pas. Une seule certitude, demain comme hier, la mission demeurera sacrée.

Vive la Légion étrangère !

 

Par le Général de division Jean Maurin commandant la Légion étrangère