LE

Ordre du jour n° 29

Retour
| 22 Juillet 2014 | 15944 vues
Officiers, sous-officiers, caporaux-chefs, caporaux, clairons et légionnaires,

C’est avec émotion et fierté que je quitte le commandement de la Légion étrangère, trente ans après y être arrivé pour la première fois.

Je mesure avec une grande reconnaissance ce que les légionnaires de tous grades m’ont apporté au cours de ces années et les en remercie du fond du cœur.

Mes pensées vont vers ceux qui m’ont fait découvrir cette troupe unique au monde, vers les légionnaires que j’ai croisés tout au long de ces années et qui m’ont tant appris. Je leur adresse mes plus chaleureux remerciements.
Au cours de ces trois années, des chantiers importants ont été menés pour permettre à la Légion étrangère de conserver son identité et sa cohérence dans l’univers toujours plus normé que connaissent les armées.

Loin de particularismes désuets, il s’agit bien de mesures destinées à préserver le recrutement, le statut et l’identité des légionnaires, leurs parcours si particuliers, la solidarité à l’égard des anciens et la sécurité, paramètres essentiels à la pérennité de la Légion étrangère. Beaucoup reste à faire car notre armée continue d’évoluer et nous avons le devoir de nous adapter sans que la Légion étrangère ne perde son âme. Je sais que le général de division Jean Maurin mettra tout en œuvre pour vous mener dans la bonne direction.

Avant de saluer une dernière fois le piquet d’honneur et d’entendre sonner le caïd suivi des seize mesures du boudin, je remercie tous ces hommes pour ce qu’ils donnent à la France et m’incline avec respect et recueillement devant le souvenir des quarante mille légionnaires morts pour la France. J’ai une pensée toute particulière pour les sept légionnaires tombés au combat, en Afghanistan et au Mali pendant ces trois années à votre tête.

J’y associe également tous ces légionnaires blessés, qui connaissent un parcours éprouvant qu’ils n’avaient ni choisi, ni souhaité, et qui apprennent à donner un souffle nouveau à leur vie, malgré les épreuves qu’ils connaissent et surmontent au quotidien, nous donnant ainsi un incroyable exemple de courage et d’abnégation.

Et je n’oublie pas non plus nos anciens, ceux qui ont tout quitté pour la Légion, pour la France, et qui aujourd’hui comptent sur nous, sur notre solidarité et notre fidélité.


Vive la Légion étrangère.

A Aubagne, le 21 juillet 2014

Général de division Christophe de Saint Chamas
Commandant la Légion étrangère